Renault Espace : « La voiture à vivre »

renaultespace.jpg

Renault Scénic, Opel Zafira, Citroën Picasso, VW Touran,… Aujourd’hui, les monospaces sont omniprésents dans le paysage automobile français. Ils ont su séduire les familles avec enfants et même les autres, et ont remplacé dans le coeur des Français et des Européens les berlines familiales (du type Renault Laguna, Peugeot 407 ou Ford Mondeo).

Mais beaucoup oublient que le premier monospace est apparu il y a bientôt 25 ans et qu’il s’agit d’une « invention » française.

Dès 1978, Philippe Guédon, alors PDG de Matra Automobiles, souhaitait transposer le concept du « van » américain au marché européen. En effet, à la suite d’un voyage aux Etats-Unis, Philippe Guédon avait acquis la conviction que l’avenir de l’automobile passerait par l’apparition de véhicules « récréatifs, familiaux et ludiques ». Quel visionnaire !

Le premier dessin de celui qui ne s’appelle pas encore « Espace », mais projet P16, est créé en un week-end par le designer, Antoine Volanis.

Dès juin 1979, une première maquette est réalisée et c’est en novembre de la même année que le projet est tout d’abord présenté à Peugeot. Les réactions sont positives.

Matra va faire évoluer son projet jusqu’en 1981, mais le constructeur Peugeot, bien malgré lui, va être contraint de refuser ce projet. En effet, Peugeot ne se remet pas financièrement du rachat de Chrysler-Europe, rebaptisé Talbot.

En octobre 1982, après avoir encore fait évoluer son projet de futur « Espace », Philippe Guédon se tourne vers Renault. Il présente son projet à Bernard Hanon, PDG de Renault, qui est séduit. Lui aussi connaît les Etats-Unis et l’engouement que connaissent les vans aménagés.

En juin 1983, Renault et Matra signent un accord de coopération prévoyant « l’étude et la fabrication par Matra, à partir d’organes mécaniques Renault, de véhicules commercialisés par le réseau européen de Renault ».

En avril 1984, le Renault Espace est présenté à la presse pour une commercialisation qui interviendra trois mois plus tard, en juillet. La presse va se montrer très enthousiaste, étant donné l’ingéniosité du véhicule : jusqu’à 7 places, les 5 sièges arrière peuvent être retirés, les sièges avant peuvent se tourner à l’arrêt pour créer un salon, la position de conduite haute donne une sensation de sécurité,…

img160bis.jpg

Le Renault Espace va inaugurer le nouveau slogan de Renault : « Les voitures à vivre ».

Malheureusement, le Renault Espace connaît un très mauvais démarrage commercial : seuls neuf exemplaires vendus lors du premier mois de commercialisation, en juillet 1984. Renault craint l’échec. Sur les 5.923 exemplaires produits par Matra durant cette année 1984, seulement 45 % vont trouver preneurs (soit 2.703).

Heureusement, après ce lancement difficile, l’Espace va commencer à séduire et ses ventes ne vont cesser de croître. Pour preuve, à l’origine, l’Espace ne se situait que dans un segment de « niche », qui est devenu un segment à part entière, celui des « monospaces ».

Le Renault Espace répondait à un véritable besoin des clients et les autres concurrents l’ont bien compris en se lançant aussi dans l’aventure, mais bien plus tard : Peugeot 806 et Citroën Evasion (juin 1994), Ford Galaxy et VW Sharan (1995),…

De plus, le concept a été étendu à des véhicules plus compacts : Renault avec le Scénic (1996), Fiat Multipla, Opel Zafira,… Et le succès de ces véhicules ne se dément pas.

Eight Wonder : « I’m not scared » (1988)

Eight Wonder apparaît pour la première fois dans les années 70. Ce groupe anglais sort alors un premier album au titre très frenchy « J’ai pas peur ». Il faut attendre 1988, pour écouter leur deuxième opus, intitulé « Cross My Heart » suivi de leur troisième et dernier album « Fearless » quelques mois plus tard.

C’est surtout grâce à leur hit « I’m not scared » (reprise d’un tube des Pet Shops Boys) et à leur chanteuse Patsy Kensit (de son vrai nom Patricia Jude Kensit), alors âgée de 20 ans, que l’on se souvient d’eux.

Alors que le groupe a depuis sombré dans l’oubli, Patsy Kensit a enchaîné avec une carrière d’actrice à Hollywood. On l’a notamment vue aux côtés de Mel Gibson dans « L’Arme Fatale 2″.

Je vous propose donc de (re-)découvrir le clip de la chanson « I’m not scared », tourné à Paris.

http://www.dailymotion.com/video/xfl8i

1981 : le premier ordinateur portable « Osborne »

portable.jpg

Si l’année 1975 a vu la création de l’IBM 5100 Portable Computer, ses 22 kilos ne faisaient pas vraiment de lui un ordinateur portable. Il faudra en fait attendre 1981 et l’Osborne 1 (11,1 kilos tout de même). Il était équipé d’un processeur de 4 MHz, de 64 Ko de mémoire et son écran faisait… 5 pouces !!

On est loin des produits actuels qui sont de plus en plus légers et de plus en plus performants.

Aujourd’hui, il se vend 50 millions d’ordinateurs portables chaque année dans le monde.

« Raider. Deux doigts coupe-faim !! »

Dans les années 80, le biscuit enrobé de caramel et de chocolat « Raider », qui ne s’appelait pas encore « Twix », bénéficiait d’une forte notoriété grâce à ses publicités et son slogan « Raider. Deux doigts coupe-faim ».

Redécouvrez maintenant la publicité pour « Raider », et pour en savoir plus sur ce produit, cliquez ici.

http://www.dailymotion.com/video/x16dsj

Même Philippe Manoeuvre, célèbre journaliste spécialisé dans le rock, aujourd’hui connu pour être membre du jury de « La Nouvelle Star » (M6), n’avait pas hésité à donner de sa personne en 1989 pour vendre les « mérites » de « Raider ».

http://www.dailymotion.com/video/x574rp

Raider : « Deux doigts coupe-faim !! »

raider.jpg

Ce qui vous fait prendre conscience que vous avez pris un coup de vieux, c’est quand vous parlez de « Raider » et que votre interlocuteur, visiblement, ne semble pas connaître. En effet, si ce dernier a moins de 20 ans, ça ne lui parlera effectivement pas…

Alors traduction, dans les années 80, « Raider » égal « Twix ».

Lancé très exactement en 1979, le biscuit enrobé de caramel et de chocolat « Raider » (fabriqué par Mars) bénéficiait d’une forte notoriété grâce au slogan : « Raider. Deux doigts coupe-faim » (pour revoir la publicité cliquez ici).

Un slogan qui ne serait peut-être plus validé aujourd’hui par le très officiel BVP (Bureau de Vérification de la Publicité). Et oui, de nos jours, il est bien connu que l’on ne doit plus manger ni trop sucré, ni trop gras entre les repas et qu’il faut surtout bouger.

Le nom « Raider » n’étant réservé qu’à certains pays (la France bien sûr, mais aussi l’Allemagne et la Belgique entre autres), le fabricant Mars a décidé d’uniformiser le nom pour le monde entier en 1991. « Raider » s’appellera désormais « Twix ».

Le nom « Raider » a survécu plus longtemps dans les pays scandinaves (photo ci-dessus), puisqu’il a perduré jusqu’en l’an 2000.

Tubble Gum

bubblegum.jpgtublbegum.jpg

Enfants des années 80, vous souvenez-vous du « Tubble Gum » ?

Il s’agissait d’un petit tube qui contenait du chewing-gum sous forme de pâte molle et qui était de la même couleur que le « Malabar ». Il suffisait d’appuyer sur le tube en plastique afin d’obtenir sa « dose » de chewing-gum désirée.

Comme pour un tube de dentifrice, il en restait toujours au fond du tube à la fin. Alors, la seule solution, c’était de découper le tube et d’essayer de récupérer le reste du chewing-gum…

Break Machine : « Street dance » (1983)

Break machine était le pseudonyme de Keith Rodgers, musicien new-yorkais et animateur d’une émission consacrée au rap sur la radio WHBI 105.9 en 1981.

En 1982, il rencontre Jacques Morali et Henri Belolo, deux producteurs français, à qui l’on doit le groupe Village People. Avec eux et avec le musicien Fred Zarr, il va sortir le disque « Street dance », qui connaîtra un succès phénoménal et participera à la reconnaissance de la culture hip hop.

 Aujourd’hui, Keith Rodgers est toujours musicien, sous le pseudonyme de SugaBear. Il se fait parfois aussi appeler Stan Rodgers.

http://www.dailymotion.com/video/x3mimq

Sabrina : « Boys (Summertime love) » (1987)

Beaucoup de personnes se souviennent de cette chanson qui a marqué l’été 1987… et surtout, beaucoup se souviennent du clip qui illustrait magnifiquement cette chanson.

La France et l’Europe toute entière découvrait cette jeune chanteuse italienne de 19 ans, sautillant dans une piscine, qui avait de sérieux atouts pour réussir.

Il est à noter que c’est, à ce jour, l’un des vidéoclips les plus téléchargés sur Internet. Ce fut aussi le premier vidéoclip censuré en Grande Bretagne.

Suite à cette chanson, Sabrina a sorti un album, puis cinq autres jusqu’en 1999, mais ils sont passés quelque peu inaperçus.

Sabrina a refait quelques apparitions télé (notamment dans des émissions de Patrick Sébastien) et elle a fait partie du « RFM Party 80″ qui remettait sur le devant de la scène des chanteurs des années 80. Et, aux dernières nouvelles, aujourd’hui âgée de 40 ans, Sabrina (Salerno de son nom) n’aurait pas l’intention de regagner les studios d’enregistrement de sitôt, car elle aurait épousé un riche industriel…

En attendant, je vous propose de redécouvrir ce clip culte des années 80…

http://www.dailymotion.com/video/x1c2kz

Jean-Pierre François : « Je te survivrai » (1989)

Cette chanson est l’un des grands succès de l’année 1989, mais l’unique pour Jean-Pierre François.

Il faut dire que Jean-Pierre François n’était pas un chanteur dans l’âme. Il a commencé sa carrière en tant que footballeur à Dijon, puis à l’AS Saint-Étienne en 1987 , et enfin en Suisse, au FC Bâle.

C’est en 1989, alors âgé de 24 ans, que Didier Barbelivien lui propose cette chanson qu’il a écrite et composée.

Sa carrière fût en effet extrêmement courte, puisqu’un an plus tard, en 1990, il a décidé de quitter le show-biz, ne supportant pas la surexposition médiatique et sa popularité.

Aujourd’hui, Jean-Pierre François gère une boîte de nuit à Saint-Cyprien.

http://www.dailymotion.com/video/x1am6q

Peugeot 205 : « Quel sacré numéro ! »

Dans un précédent article (pour le consulter, cliquez ici), je vous ai présenté la Peugeot 205, l’une des voitures les plus emblématiques des années 80 et qui a connu un succès considérable jusqu’à la fin de sa production en 1999 (soit seize années de commercialisation).

Je vous propose de découvrir ou redécouvrir maintenant l’une des premières pubs de la Peugeot 205, qui a vu naître le slogan « Quel sacré numéro ! ».

Une publicité qui va rappeler des souvenirs à bon nombre d’entre nous. Après de multiples « cabrioles », la 205 de la pub arrive à écrire sur le sol, le mot « GARCE ! ».

Cette publicité a eu le mérite de me faire découvrir, alors que j’étais tout enfant, le groupe Talk Talk avec son titre : « Such a shame ».

http://www.dailymotion.com/video/x13tos

123456



goeland |
Gratte-Ciel Info |
FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...
| Le blog du 1er régiment d'a...