Archive pour la Catégorie 'Musique'

Mylène Farmer : « Tristana » (1987)

113941375.jpgSorti en janvier 1987, « Tristana »  est le sixième  »45 tours » de la carrière de Mylène Farmer et le quatrième extrait de l’album « Cendres de lune », mais surtout, il s’agit de la première chanson écrite par Mylène Farmer elle-même.

Dans cette chanson, on y reconnaît bien la « Mylène’s touch » avec des paroles morbides et tristes. Pour s’en convaincre, il suffit de s’attarder sur le refrain :

  »Adieu Tristana – Ton coeur a pris froid – Adieu Tristana – Dieu baisse les bras – Laissez-la partir – Laissez-la mourir – Ne le dites pas – Tristana, c’est moi ! »

Le clip pour illustrer cette chanson se présente comme un véritable court-métrage (11 minutes). Il a été tourné au beau milieu d’un Vercors enneigé. Entourée de loups et de cosaques, Mylène Farmer y incarne une Blanche-Neige soviétique, poursuivie par une tsarine qui la recherche pour sa beauté. Mylène trouve alors refuge au sein d’une petite maisonnée habitée par sept nains. D’ailleurs, détail qui fait sourire dans ce clip, on découvre un portrait de Karl Marx affiché fièrement dans la salle à manger des nains. Les sept nains seraient-ils communistes ??

Mais malheureusement, la mort va frapper à sa porte. Malgré le baiser de son prince charmant, elle ne se réveillera pas. Les dernières images montrent Mylène Farmer dans la neige, souriant au soleil.

Image de prévisualisation YouTube

Julie Piétri : « Eve lève-toi » (1986)

547.jpgBien avant l’année 1986 et le succès de la chanson « Eve lève-toi », Julie Piétri s’était déjà lancée dans la chanson. En effet, en 1971, alors âgée de 14 ans, elle avait formé un groupe nommé « Transit », qui enregistra son tout premier « 45 tours » (« On s’est laissé faire »), quatre ans plus tard.

Parallèlement à cette passion, Julie Piétri poursuivit des études d’orthophoniste. Mais après l’obtention de son diplôme, elle commença sa carrière d’artiste. Elle joua le rôle de la belle gitane dans « La Bande à Basile ». Cette prestation lui permit de se faire repérer et d’être sollicitée, fin 1979, pour interpréter la chanson « Magdalena ». Etant donné le succès de la chanson, Julie Piétri enregistra son premier album quelques mois plus tard.

En 1983, Julie Piétri va former un duo romantique avec le chanteur Herbert Léonard. De leur collaboration vont naître plusieurs tubes : « Amoureux fous », « Tora Tora Tora » et « A force de toi ».

C’est donc en 1986 que Julie Piétri revient à une carrière solo et va connaître un succès phénoménal avec « Eve lève-toi ». La chanson va être première au Top 50 en novembre de cette même année. Le succès va d’ailleurs dépasser les frontières, ce qui va inciter Julie Piétri à en enregistrer une version en anglais, intitulée « Listen to your heart ».

En mars 1992, Julie Piétri donna naissance à une petite fille, Manon, et du coup, mit entre paranthèses sa carrière.

Depuis quelques années, Julie Piétri s’est remise au travail, mais n’a pas retrouvé son succès des années 80. Pour preuve, en mai 2003, elle a participé à l’émission « Retour gagnant » sur TF1, afin de donner un nouvel élan à sa carrière… en vain. Mais Julie Piétri persiste… En mai dernier, elle a sorti « dans les bacs » son nouvel album « Autour de minuit ».

Redécouvrez ci-dessous le clip de la chanson qui reste (et restera !?!) son plus grand tube, « Eve lève-toi »…

http://www.dailymotion.com/video/k7tGIpLKXnCflK4rgY

Corinne Hermès : « Dessine-moi » (1989)

Corinne Hermès : L’univers musical en a connu des étoiles filantes dans les années 80… Et Corinne Hermès en a fait partie !

Pourtant, sa carrière avait débuté sous les meilleurs auspices, puisqu’en 1983, Corinne Hermès, alors âgée de 22 ans, représente le Luxembourg au Concours Eurovision de la chanson et elle gagne avec la chanson « Si la vie est cadeau ».

En 1989, Corinne Hermès sort un nouveau « 45 tours », « Dessine-moi », qui se classera 15e au Top 50  et va, par la même occasion, remporter les victoires de la musique en 1990. En 1993, elle fait de nouveau une brève apparition en interprétant le générique de la saga de l’été de TF1, « Les Grandes Marées ». La chanson s’intitule « L’amour est artiste » et la musique est composée par François Valéry (excusez du peu…).

Depuis, Corinne Hermès persiste dans la chanson et, en mai 2006, elle a sorti un nouvel album : « Vraie » en partenariat avec la Fnac et Chérie FM. Deux titres de l’album sont sortis en singles en fin d’année 2006 : »On vit comme on aime » et « S’il n’y avait pas les mots ». Corinne Hermès se produit lors de mini-concerts dans les Fnac ou dans quelques salles parisiennes (comme le Café de la danse). Il y a fort à parier que si « La Ferme Célébrités » ou « 1ère Compagnie » étaient toujours d’actualité, Corinne ferait peut-être partie du casting afin de relancer sa carrière…

Si vous voulez en savoir plus sur Corinne Hermès, vous pouvez consulter son site officiel : http://www.corinnehermes.com/

Et pour redécouvrir le clip de « Dessine-moi », c’est juste en-dessous. emoticone

Image de prévisualisation YouTube

Véronique Jannot : « Aviateur » (1988)

Véronique Jannot : Si aujourd’hui Véronique Jannot est surtout connue pour sa fidélité légendaire à la margarine « Fruit d’Or » (« 35 ans », dixit la publicité), cette dernière est surtout connue et reconnue pour ses talents de comédienne dans les années 80.

En effet, en 1980, son visage est connu de toute la France, puisqu’elle interprète le rôle phare de la série à succès « Pause-café ». Elle y est Joëlle Mazart, l’assistante sociale. Mais si Véronique Jannot reste principalement une actrice de télévision, elle mène aussi parallèlement une carrière au théâtre et au cinéma.

Comme nombre de comédiens de l’époque, elle s’est essayée à la chanson et il faut bien avouer que les essais ont été plutôt réussis. Il faut dire que Véronique Jannot a su s’entourer des meilleurs. En 1982, elle interprète « J’ai fait l’amour avec la mer » en duo avec Pierre Bachelet, puis « Comédie, comédie » ou bien encore « Désir Désir » en 1984 en duo avec Laurent Voulzy. C’est elle aussi qui interprète les génériques de « Pause café ».

En 1988, Véronique Jannot s’est, une fois de plus, bien entourée pour le titre « Aviateur », puisque ce sont les deux complices, Laurent Voulzy et Alain Souchon, qui signent ce titre. Et durant le clip, Véronique est toujours bien entourée, avec la patrouille de France.

Redécouvrez-le maintenant…

http://www.dailymotion.com/video/xdb13

Buzy : « Body physical » (1986)

Buzy : Vous souvenez-vous de Buzy ? Dans les années 80, elle s’est fait surtout connaître grâce à deux grands tubes : « Dyslexique » et « Body physical » (que je vous propose de redécouvrir).

Buzy (de son vrai nom : Marie-Claire Girod) commença sa carrière dans la chanson, après s’être faite remarquée par le célèbre auteur, Etienne Roda-Gil, suite à sa participation au film musical anglo-américain « The Rocky Horror Picture Show » (sorti en 1975). Elle signa son premier contrat d’artiste en 1980 et son premier « 45 tours », « Dyslexique », se vendra à 500 000 exemplaires et sera un des grands succès de l’année 1981. Elle enchaîna avec d’autres titres : « Adrénaline », « Adrian »…

En 1985, elle sortit « I Love You Lulu », avec un coup de main de Serge Gainsbourg (mixages et photos), puis vint en 1986 le tube « Body Physical ».

A la fin des années 1980, le producteur de Buzy, Gérard Pedron, mourut et, du coup, Buzy a été peu à peu perdue de vue par le public. Pourtant, elle n’a jamais cessé de chanter. Pour preuve, son dernier album, intitulé « Boderlove », est sorti en 2005.

D’ailleurs, si vous souhaitez connaître l’actu de Buzy, n’hésitez pas à aller jeter un oeil sur son site officiel : http://www.buzy.net/

http://www.dailymotion.com/video/xe55l

Guesch Patti : « Etienne » (1987)

Guesch Patti : Encore une chanson culte des années 80. « Etienne » a marqué ces années avec ses paroles volontairement provocatrices et plus que suggestives.

Le titre restera de nombreuses semaines à la première place du Top 50 : plus d’un million et demi d’exemplaires seront écoulés. Ce tube mettra aussi en avant son interprète, Guesch Patti, qui n’en était pas à son premier coup d’essai dans le domaine musical. En effet, si Guesch Patti (de son vrai nom : Patricia Porasse) s’est d’abord consacrée à la danse classique (dès l’âge de 9 ans) et contemporaine, elle a enregistré deux disques dès 1965, mais ceux-ci sont totalement passés inaperçus. En 1984, elle retente l’expérience musicale en formant le trio « Dacapo » qui sortira un « 45 tours » intitulé « Somnifères ».

Mais ce n’est qu’en 1987/1988, alors âgée de 41 ans, qu’elle connaît le succès en solo avec son titre « Etienne ». L’album qui suivra en 1988, intitulé « Labyrinthe », connaîtra le même succès. Guesch Patti obtiendra aussi une Victoire de la musique en 1988 dans la catégorie « révélation féminine de l’année ».

Trois autres albums suivront dans les années 90, mais ceux-ci seront des échecs commerciaux. Du coup, Guesch Patti a pris quelque peu ses distances avec le monde de la musique, cherchant aussi à diversifier ses expériences artistiques. Elle a repris sa carrière de danseuse.  On a pu également la voir jouer dans des films. Elle a fait une brève apparition dans « Une pour toutes » de Claude Lelouch et elle a joué dans « Elles », de Luis Galvao Teles, aux côtés de Miou-Miou. On l’a vu aussi sur les planches, avec des pièces comme « L’Opéra de quat’sous » ou « les Monologues du vagin ». Il y a deux ans, durant l’été 2006, elle était l’un des membres du jury du « Dancing Show » diffusé sur France 2.

http://www.dailymotion.com/video/k3R973uJ7mqTQh9NqR

Mylène Farmer : « Maman a tort » (1984)

Mylène Farmer :

En 1984, la France découvre une chanteuse à l’air mutin qui fredonne : « Un, maman a tort. Deux, c’est beau l’amour… ». L’aventure Mylène Farmer va commencer…

Pourtant, quelques temps auparavant, celle qui ne s’appelait pas encore Mylène Farmer, mais Mylène Gautier, se tournait vers une carrière différente. En effet, la jeune Mylène suivait une formation théâtrale au cours Florent, afin de devenir comédienne et enchaînait plusieurs petits boulots, notamment dans le mannequinat pour des catalogues ou des publicités.

C’est donc en 1984, alors âgée de 22 ans, que Mylène Farmer fait ses débuts dans la chanson suite à un casting organisé par un jeune réalisateur, Laurent Boutonnat, qui souhaite trouver une interprète pour la chanson « Maman a tort », qu’il a composée avec Jérôme Dahan. Laurent Boutonnat pensait d’abord à Lio, la « lolita chanteuse » de l’époque, mais le projet n’aboutira pas.

Mylène Farmer va choisir son nom de scène en hommage à Frances Farmer, une actrice américaine des années 30 qui connut un destin tragique, puisqu’elle fut internée de force en hôpital psychiatrique par sa famille.

« Maman a tort », aux allures de comptine enfantine, s’avère, après une écoute attentive, contenir des propos susceptibles de choquer l’opinion publique : Mylène y conte les bienfaits des « plaisirs impolis »…

Le clip qui illustrait cette chanson s’est fait avec un bien maigre budget : 5.000 francs (soit 800 €). Malgré tout, ce clip se devait d’être dans la continuité de cette perversité détournée. La première image du clip est une référence au psychanalyste Sigmund Freud, annonçant aux spectateurs que l’on tombe directement dans un monde de névroses et de troubles. Mylène, qui arbore sa véritable couleur de cheveux, c’est-à-dire châtains, apparaît tantôt en déshabillé blanc, tantôt la tête décapitée, déposée en plat de résistance sur un plateau d’argent. Nous assistons alors aux prémices de ce que sera « le mythe Farmer ».

Durant l’été 1984, Mylène apparaîtra dans de nombreuses émissions télévisées et  la chanson « Maman a tort » se vendra à 100.000 exemplaires. Bien peu comparé au million d’exemplaires vendus par la star de l’époque, Jeanne Mas. Mais le vent tournera quelques années plus tard… Alors qu’une sombrera dans l’oubli, l’autre restera dans la lumière.

http://www.dailymotion.com/video/x1hw7i

Les Avions : « Nuit sauvage » (1985)

Dans la chanson française, il y a des groupes qui ne se cassaient pas la tête pour trouver leur nom de scène. Il y eut : « Licence IV », « Téléphone », « Début de soirée », « Animo » (avec une faute !!) et aussi… « Les Avions ».

Et sans vouloir faire de blague vaseuse, on peut dire que « Les Avions » ont connu un très bon décollage, mais qu’ils se sont « crashés » très rapidement.

« Les Avions  » était un groupe français de pop-rock formé en 1980 à Paris par Jean-Pierre Morgand (chant/guitare), Jean Nakache (guitare/claviers) et Jérôme Lambert (batterie).

Leur tube le plus connu était le titre « Nuit sauvage » sorti en 1985. Ensuite, ils ont interprété d’autres chansons au succès moins fulgurant : « Tu changes » (1986), « Noël (Tombe la neige) » (1987) et « Tous ces visages » (1989). Officiellement, le groupe s’est séparé en 1997 après un dernier concert à Moscou.

http://www.dailymotion.com/video/x2833o

Nick Kamen : « Each time you break my heart » (1987)

Encore un chanteur des années 80 passé aux oubliettes… Nick Kamen, ça vous dit quelque chose ?

Nick Kamen était un mannequin anglais qui s’était, par la suite, lancé dans la chanson. Et oui, mannequinat, ça mène à tout. Regardez Carla Bruni… Elle aussi, devenue chanteuse, puis femme de Président. Enfin, Nick Kamen s’est quand même juste arrêté à l’étape précédente !

Donc, Nick Kamen commence à se faire connaître à partir de 1984 (alors qu’il a 22 ans) en ayant les honneurs de la couverture du magazine « The Face ». Il va par la suite participer à des publicités, notamment pour Levi’s, dans laquelle il se déshabillait dans une laverie automatique, puis il va se lancer dans la chanson grâce à Madonna.

En 1987, il va connaître un énorme succès avec le titre « Each time you break my heart » qui se classera 8ème au Top 50 et obtiendra un disque d’argent.

Cette carrière musicale durera trois ans. A l’été 1990, Nick Kamen chante « I promised myself », qui va atteindre la 11ème place du Top 50. Et depuis, plus de nouvelles…

Redonnons donc quelques minutes de gloire à Nick Kamen en redécouvrant le clip de la chanson « Each time you break my heart »…

http://www.dailymotion.com/video/xlg9q

Jevetta Steele : « Calling you » (1987)

Je vous propose de redécouvrir la chanson « Calling you » interprétée par Jevetta Steele, qui illustrait magnifiquement le film « Bagdad Café » (1988).

Pour en savoir plus sur ce film, cliquez ici.

« A desert road, from Vegas to nowhere… ».

http://www.dailymotion.com/video/x32pnr

123



goeland |
Gratte-Ciel Info |
FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...
| Le blog du 1er régiment d'a...