• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 août 2008

Archive journalière du 12 août 2008

L’appareil photo jetable

L'appareil photo jetable dans Nouvelles technologies 1

Petite révolution dans le domaine de la photo en 1986, le fabricant japonais Fuji lance le Quicksnap, le premier appareil photo jetable. L’appareil est entièrement réalisé en matière plastique et vendu avec un film déjà chargé à l’intérieur. L’existence de ces appareils a été permise par l’apparition de films négatifs à très grande latitude de pose et grande finesse capable de donner des images avec un minimum de réglages.

Les appareils photos jetables permettent de prendre 24 vues (+3 gratuites généralement) et jusqu’à 39 vues.

A leur lancement, ces nouveaux appareils se font donc appeler « jetables », mais rapidement, ils sont requalifiés en « prêt-à-photographier », car la notion de « jetable » était devenue politiquement incorrecte. Mais la plupart des personnes ont continué à les appeler « appareils jetables ».

Fuji ne sera pas le seul à proposer ce type d’appareil, d’autres fabricants vont suivre : Konica, Kodak, Agfa,…

Fuji dans Nouvelles technologiesPar contre, au début, ces appareils jetables avaient un inconvénient de taille, il était impossible de faire des photos en intérieur. Très rapidement, les fabricants ont été amenés à proposer ces appareils avec flash.

Par la suite, la gamme de ces appareils s’est étendue. Il y eut les appareils panoramiques (qui coupaient simplement la photo en hauteur) et les appareils étanches pour les prises de vue pendant la baignade.

Les ventes de ces petits appareils sont considérables dans les années 90. Ils connaissent leur apogée en 1995 avec… douze millions d’unités vendues.

Mais avec l’avènement de l’appareil photo numérique depuis quelques années et son succès grandissant, les ventes de « prêt-à-photographier » ont sérieusement chuté, mais ils sont toujours bien présents dans les linéaires des grandes surfaces.

La carte à puce

La carte à puce dans Nouvelles technologies morenoEn 1974, l’ingénieur français Roland Moreno (ci-contre) déposait les brevets de la carte à puce, objet fait d’une lame de plastique standardisée sur laquelle est déposée une puce. Cette dernière dispose d’un microprocesseur lui permettant de faire des calculs, d’une mémoire permettant de les traiter et d’un port pour communiquer avec les ordinateurs.

thumb-comment-choisir-sa-carte-bancaire--1384 dans Nouvelles technologiesSept ans plus tard, en 1981, cette invention est appliquée pour la première fois dans les cartes bancaires françaises, mais elles ne se développent véritablement que trois ans plus tard, avec les cartes mixtes munies d’une puce et d’une piste magnétique.

Py1En 1984, la carte à puce aura aussi des applications dans la téléphonie grâce aux cartes téléphoniques, les fameuses « Télécartes ». Elles se déclinent en 40 et 120 unités qui correspondent à des temps de communication. Les cabines à pièces disparaîtront prgressivement, supprimant du même coup les problèmes de vandalisme.

Après plus de 20 ans d’utilisation, la carte à puce va voir ses capacités augmenter, notamment en termes de puissance et de mémoire.




goeland |
Gratte-Ciel Info |
FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...
| Le blog du 1er régiment d'a...