Mylène Farmer : « Tristana » (1987)

113941375.jpgSorti en janvier 1987, « Tristana »  est le sixième  »45 tours » de la carrière de Mylène Farmer et le quatrième extrait de l’album « Cendres de lune », mais surtout, il s’agit de la première chanson écrite par Mylène Farmer elle-même.

Dans cette chanson, on y reconnaît bien la « Mylène’s touch » avec des paroles morbides et tristes. Pour s’en convaincre, il suffit de s’attarder sur le refrain :

  »Adieu Tristana – Ton coeur a pris froid – Adieu Tristana – Dieu baisse les bras – Laissez-la partir – Laissez-la mourir – Ne le dites pas – Tristana, c’est moi ! »

Le clip pour illustrer cette chanson se présente comme un véritable court-métrage (11 minutes). Il a été tourné au beau milieu d’un Vercors enneigé. Entourée de loups et de cosaques, Mylène Farmer y incarne une Blanche-Neige soviétique, poursuivie par une tsarine qui la recherche pour sa beauté. Mylène trouve alors refuge au sein d’une petite maisonnée habitée par sept nains. D’ailleurs, détail qui fait sourire dans ce clip, on découvre un portrait de Karl Marx affiché fièrement dans la salle à manger des nains. Les sept nains seraient-ils communistes ??

Mais malheureusement, la mort va frapper à sa porte. Malgré le baiser de son prince charmant, elle ne se réveillera pas. Les dernières images montrent Mylène Farmer dans la neige, souriant au soleil.

Image de prévisualisation YouTube

Publicité Carambar

Voilà une publicité qui va rappeler de doux souvenirs aux enfants des années 80… Une publicité pour le célébrissime « Carambar » qui est véritablement devenue culte, mais que j’ai redécouverte au hasard d’un « surf » sur le net…

Et oui, c’étaient ça les années 80… Une époque où on ne se prenait pas la tête, on cherchait à faire marrer les gamins et surtout, à cette période, ces mêmes gamins avaient le droit de se goinfrer de ses cochonneries sucrées sans qu’un message moralisateur vienne leur dire : « Pour ta santé, évite de manger trop gras, trop sucré, trop salé et pratique une activité physique régulière ».

Allez, je vous laisse déguster ce petit bijou des années 80, ça se mange sans faim…

http://www.dailymotion.com/video/k38qHvnyUStEZb5P1o

La console de jeux vidéo NES (Nintendo Entertainment System)

nescontroldeck.jpg

Actuellement, les consoles de jeux connaissant les plus grands succès sont les : Nintendo DS, PSP, Wii, Xbox,… Mais dans les années 80, les petits et les grands avaient droit, eux aussi, de se divertir avec la NES… Forcément, cette console offrait moins de possibilités de jeux et s’avèrait nettement moins performante et interactive. N’empêche, c’était déjà pas mal pour l’époque…

La conception de cette console commença en 1981, sous le nom de code « Young Computer ». Nintendo voulait produire une console de salon à cartouches interchangeables. Seulement deux ans plus tard, le 15 juillet 1983 très exactement, la « Family Computer » débarquait dans les magasins japonais, accompagnée de trois portages de jeux d’arcade : Donkey Kong, Donkey Kong Jr. et Popeye. Il faudra attendre deux ans (donc 1985) pour voir arriver en Amérique du Nord, au Brésil, en Europe, en Asie et en Australie, cette console de jeux vidéo 8 bits (!?!) baptisée Nintendo Entertainment System, ou NES.

Rapidement, Nintendo devint le leader incontesté des marchés américains et japonais du jeu vidéo, et ses jeux établirent de nombreux records de vente. Au total, pas moins de 1251 jeux ont été développés pour la console, tous continents confondus. Parmi les plus connus : Super Mario Bros, Dragon Quest, Final Fantasy,…

À la fin des années 1980, au Japon, un foyer sur trois était équipé de la « Famicom » et Nintendo était devenue ainsi l’entreprise japonaise la plus rentable, devant le constructeur automobile Toyota.

Les années 90 vont sonner la fin de la console NES. En effet, au début des débuts des années 90, les fabricants vont progressivement remplacer leurs consoles par des systèmes technologiquement supérieurs, des 16 bits, comme la MegaDrive de Sega. La fin de la dominance de la NES commença, notamment à cause de son propre successeur, la Super Nintendo Entertainment System (SNES). Hors Europe, Nintendo a continué de soutenir la NES pendant la première moitié des années 90, sortant même une nouvelle version de la console en 1993. En 1995, à la suite des ventes décroissantes et du manque de nouveaux jeux, Nintendo of America arrêta officiellement la distribution de la console. Malgré cela, Nintendo of Japan continua de produire la « Famicom » dans son nouveau modèle, jusqu’à ce que la compagnie arrête officiellement la production en octobre 2003.

L’appareil photo jetable

L'appareil photo jetable dans Nouvelles technologies 1

Petite révolution dans le domaine de la photo en 1986, le fabricant japonais Fuji lance le Quicksnap, le premier appareil photo jetable. L’appareil est entièrement réalisé en matière plastique et vendu avec un film déjà chargé à l’intérieur. L’existence de ces appareils a été permise par l’apparition de films négatifs à très grande latitude de pose et grande finesse capable de donner des images avec un minimum de réglages.

Les appareils photos jetables permettent de prendre 24 vues (+3 gratuites généralement) et jusqu’à 39 vues.

A leur lancement, ces nouveaux appareils se font donc appeler « jetables », mais rapidement, ils sont requalifiés en « prêt-à-photographier », car la notion de « jetable » était devenue politiquement incorrecte. Mais la plupart des personnes ont continué à les appeler « appareils jetables ».

Fuji ne sera pas le seul à proposer ce type d’appareil, d’autres fabricants vont suivre : Konica, Kodak, Agfa,…

Fuji dans Nouvelles technologiesPar contre, au début, ces appareils jetables avaient un inconvénient de taille, il était impossible de faire des photos en intérieur. Très rapidement, les fabricants ont été amenés à proposer ces appareils avec flash.

Par la suite, la gamme de ces appareils s’est étendue. Il y eut les appareils panoramiques (qui coupaient simplement la photo en hauteur) et les appareils étanches pour les prises de vue pendant la baignade.

Les ventes de ces petits appareils sont considérables dans les années 90. Ils connaissent leur apogée en 1995 avec… douze millions d’unités vendues.

Mais avec l’avènement de l’appareil photo numérique depuis quelques années et son succès grandissant, les ventes de « prêt-à-photographier » ont sérieusement chuté, mais ils sont toujours bien présents dans les linéaires des grandes surfaces.

La carte à puce

La carte à puce dans Nouvelles technologies morenoEn 1974, l’ingénieur français Roland Moreno (ci-contre) déposait les brevets de la carte à puce, objet fait d’une lame de plastique standardisée sur laquelle est déposée une puce. Cette dernière dispose d’un microprocesseur lui permettant de faire des calculs, d’une mémoire permettant de les traiter et d’un port pour communiquer avec les ordinateurs.

thumb-comment-choisir-sa-carte-bancaire--1384 dans Nouvelles technologiesSept ans plus tard, en 1981, cette invention est appliquée pour la première fois dans les cartes bancaires françaises, mais elles ne se développent véritablement que trois ans plus tard, avec les cartes mixtes munies d’une puce et d’une piste magnétique.

Py1En 1984, la carte à puce aura aussi des applications dans la téléphonie grâce aux cartes téléphoniques, les fameuses « Télécartes ». Elles se déclinent en 40 et 120 unités qui correspondent à des temps de communication. Les cabines à pièces disparaîtront prgressivement, supprimant du même coup les problèmes de vandalisme.

Après plus de 20 ans d’utilisation, la carte à puce va voir ses capacités augmenter, notamment en termes de puissance et de mémoire.

Julie Piétri : « Eve lève-toi » (1986)

547.jpgBien avant l’année 1986 et le succès de la chanson « Eve lève-toi », Julie Piétri s’était déjà lancée dans la chanson. En effet, en 1971, alors âgée de 14 ans, elle avait formé un groupe nommé « Transit », qui enregistra son tout premier « 45 tours » (« On s’est laissé faire »), quatre ans plus tard.

Parallèlement à cette passion, Julie Piétri poursuivit des études d’orthophoniste. Mais après l’obtention de son diplôme, elle commença sa carrière d’artiste. Elle joua le rôle de la belle gitane dans « La Bande à Basile ». Cette prestation lui permit de se faire repérer et d’être sollicitée, fin 1979, pour interpréter la chanson « Magdalena ». Etant donné le succès de la chanson, Julie Piétri enregistra son premier album quelques mois plus tard.

En 1983, Julie Piétri va former un duo romantique avec le chanteur Herbert Léonard. De leur collaboration vont naître plusieurs tubes : « Amoureux fous », « Tora Tora Tora » et « A force de toi ».

C’est donc en 1986 que Julie Piétri revient à une carrière solo et va connaître un succès phénoménal avec « Eve lève-toi ». La chanson va être première au Top 50 en novembre de cette même année. Le succès va d’ailleurs dépasser les frontières, ce qui va inciter Julie Piétri à en enregistrer une version en anglais, intitulée « Listen to your heart ».

En mars 1992, Julie Piétri donna naissance à une petite fille, Manon, et du coup, mit entre paranthèses sa carrière.

Depuis quelques années, Julie Piétri s’est remise au travail, mais n’a pas retrouvé son succès des années 80. Pour preuve, en mai 2003, elle a participé à l’émission « Retour gagnant » sur TF1, afin de donner un nouvel élan à sa carrière… en vain. Mais Julie Piétri persiste… En mai dernier, elle a sorti « dans les bacs » son nouvel album « Autour de minuit ».

Redécouvrez ci-dessous le clip de la chanson qui reste (et restera !?!) son plus grand tube, « Eve lève-toi »…

http://www.dailymotion.com/video/k7tGIpLKXnCflK4rgY

« Le Kiki, c’est le Kiki de tous les Kiki ! »

kiki70cmzoom.jpg

 La star des peluches dans les années 80 était, sans nul doute, Kiki. Un véritable phénomène… Quel enfant des années 80 n’a pas eu le droit à son Kiki ??

Kiki, c’était ce petit singe en plastique et en fourrure synthétique, au visage couvert de tâches de rousseur, qui arborait un éternel sourire et suçait son pouce comme les bébés. Chacun pouvait pesonnaliser son Kiki grâce à une collection de vêtements qui permettait de l’habiller en footballeur, en jardinier, en clown ou dans bien d’autres tenues.

Le créateur de cette adorable peluche est un Japonais, Koichi Sekiguchin, qui était à l’origine fabricant de poupées. Dans les années 70, il désirait créer un personnage sympathique dans le but de transmettre aux enfants les valeurs de l’amour et du respect.

En 1972, il travaille sur un prototype et donne naissance à ce petit singe, lequel est un animal très apprécié des Japonais. Le 26 janvier 1974 à Tokyo, le « Monchhichi », son nom japonais, est lancé. Il envahit les rayons et devient la peluche la plus populaire du Japon.

Fort de son succès au Japon, le Kiki est parti à la conquête du monde. En 1975, il débarque en Australie et en Allemagne. Trois ans plus tard, il arrive aux Etats-Unis et en France (distribué par la marque Ajena). Les petits Français se souviennent tous du fameux slogan : « le Kiki, c’est le Kiki de tous les Kiki ! ».

Le nom de « monchhichi » vient de la contraction de « monkey » et du bruit que fait une tétine « chu-chu » en Japonais. Les Japonais et les Allemands l’ont toujours appellé « Monchhichi », les Anglais :  »Chicaboo », les Italiens : « Mon Cicci », les Danois :  »Bollie » et les Français : « Kiki ».

Malheureusement, Kiki n’a pas survécu aux années 90. Le succès s’est estompé ! Malgré tout, pour les nostalgiques, sachez que Kiki est toujours disponible à la vente. Et oui, quelle ne fut pas notre surprise (et notre joie) avec des amis de le redécouvrir dans le rayon « peluches » d’un magasin… Par contre, Kiki se vend au prix fort aujourd’hui. Comptez aux alentours de 26 € pour la peluche de 28 cm…

Punky Brewster

Punky Brewster dans Dessins animés / Programmes jeunesse punkybrewsterLe 23 décembre 1985 sur TF1, les jeunes téléspectateurs (dont je faisais partie Clin doeil) découvraient une nouvelle héroïne, mais celle-ci n’était pas dans un dessin animé, mais dans une série. Il s’agissait de « Punky Brewster ».

Punky Brewster était une orpheline amusante et débrouillarde, abandonnée par ses parents à l’âge de sept ans, qui avait trouvé refuge avec son chien Bandit dans un appartement vide, puis qui fût adoptée par un vieux photographe vivant à Chicago, Henry Warnimont.

La particularité de Punky Brewster était qu’elle portait toujours des chaussures différentes à chaque pied.

Cette série dura quatre saisons, ce qui représente 88 épisodes.

moon-frye-soleil dans Dessins animés / Programmes jeunesseDepuis, Punky Brewster, qui s’appelle dans la vraie vie, Soleil Moon Frye, a bien grandi… Quoique ! Elle ne mesure qu’un mètre 55 ! En tout cas, toujours est-il qu’elle a vieilli… et plutôt bien ! Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder la photo ci-contre. C’est une jeune femme de 32 ans qui a continué sa carrière de comédienne tant bien que mal. On a pu notamment l’apercevoir en 1999 dans un épisode de « Friends » où elle jouait la petite amie de Joey. Puis Soleil Moon Frye a obtenu un rôle plus récurrent dans la série « Sabrina, l’apprentie sorcière » de 1996 à 2003.

Aujourd’hui, elle est également l’heureuse maman de deux enfants et serait une adepte de la secte de la Scientologie (Une copine de Tom Cruise !?!).

Je vous propose ci-dessous de redécouvrir le générique de cette série. Ca m’a rappelé des souvenirs ! Nostalgie, quand tu nous tiens…

http://www.dailymotion.com/video/xxztk

Jeu « Simon »

Jeu « Simon » est bien entendu un prénom, mais, dans les années 80, il s’agissait également d’un jeu de société, et plus exactement d’un jeu de mémoire.

« Simon » était de forme circulaire et divisé en quatre quarts de couleurs différentes : jaune, bleu, rouge et vert (voir ci-contre).

Le principe du jeu était ultra simple. Le jeu éclairait une des quatre couleurs et produisait un son qui était associé à cette couleur. Le joueur devait appuyer sur la couleur qui venait de s’allumer. Ensuite, le jeu reproduisait le même son et éclairait la même couleur, mais il ajoutait au hasard un nouveau son et une nouvelle couleur. Le joueur devait donc reproduire cette nouvelle suite. Chaque fois que le joueur reproduisait correctement la suite de sons, le jeu rajoutait une note, et ainsi de suite… Le but du jeu « Simon » était de reproduire la plus longue suite… Sinon, en cas d’échec, un buzz strident était émis !

D’ailleurs, le jeu « Simon » fait l’objet d’une scène culte dans le film « Le Père Noël est une ordure » (1982), lorsque Madame Musquin (alias Josiane Balasko) y joue alors qu’elle se trouve bloquée dans l’ascenseur.

Corinne Hermès : « Dessine-moi » (1989)

Corinne Hermès : L’univers musical en a connu des étoiles filantes dans les années 80… Et Corinne Hermès en a fait partie !

Pourtant, sa carrière avait débuté sous les meilleurs auspices, puisqu’en 1983, Corinne Hermès, alors âgée de 22 ans, représente le Luxembourg au Concours Eurovision de la chanson et elle gagne avec la chanson « Si la vie est cadeau ».

En 1989, Corinne Hermès sort un nouveau « 45 tours », « Dessine-moi », qui se classera 15e au Top 50  et va, par la même occasion, remporter les victoires de la musique en 1990. En 1993, elle fait de nouveau une brève apparition en interprétant le générique de la saga de l’été de TF1, « Les Grandes Marées ». La chanson s’intitule « L’amour est artiste » et la musique est composée par François Valéry (excusez du peu…).

Depuis, Corinne Hermès persiste dans la chanson et, en mai 2006, elle a sorti un nouvel album : « Vraie » en partenariat avec la Fnac et Chérie FM. Deux titres de l’album sont sortis en singles en fin d’année 2006 : »On vit comme on aime » et « S’il n’y avait pas les mots ». Corinne Hermès se produit lors de mini-concerts dans les Fnac ou dans quelques salles parisiennes (comme le Café de la danse). Il y a fort à parier que si « La Ferme Célébrités » ou « 1ère Compagnie » étaient toujours d’actualité, Corinne ferait peut-être partie du casting afin de relancer sa carrière…

Si vous voulez en savoir plus sur Corinne Hermès, vous pouvez consulter son site officiel : http://www.corinnehermes.com/

Et pour redécouvrir le clip de « Dessine-moi », c’est juste en-dessous. emoticone

Image de prévisualisation YouTube

123456



goeland |
Gratte-Ciel Info |
FCPE MAGNY LES HAMEAUX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La relation créatrice
| Le blog du 1er régiment d'a...
| Le blog du 1er régiment d'a...